De Bruxelles à Belo Horizonte: la vie tient à 11 fils

Janvier 2017
Les Ateliers du Vaste Monde rencontrent la compagnie brésilienne Pigmalião escultura que mexe et participent à un stage de construction de marionnettes à fils.
La technique de construction consiste en la création d’un corps dont l’armature sera faite en bois. À l’aide de papier millimétré, un projet précis sera dessiné. Il servira de base pour la création des patrons et définira la forme de chaque pièce. Se greffera à cette armature une mousse taillée, qui donnera le volume à chacun des membres du corps.


La sculpture du visage se fera en terre et sera ensuite moulée dans du plâtre. C’est ce moule qui accueillera différentes couches de latex, tissus et mousse expansive pour obtenir finalement la tête. On y ajoutera des yeux et des cheveux naturels. Et un prénom: Léonie.


Une fois les différents membres assemblés, le corps sera recouvert de tissu enduit de latex pour former la peau de la marionnette. Le tout sera ensuite peint

En français, on appelle ensecret ou ensecrètement la technique qui permet de relier la marionnette à son contrôle à l’aide de fils. Parce qu’il ne garde pas jalousement ses secrets Eduardo, maître du stage, parle d’accordage. (C‘est un musicien dans l’âme!)
C’est le moment où la marionnette peut prendre vie.
Bienvenue, Léonie!

16602526_427176227620393_72761803184066701_o

Et merci aux Ateliers de la Générale pour leur scie sauteuse!

16463448_427181080953241_6043501338929881615_o

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s